Entre corps et pensée

15,00

49 en stock

« Un vide venu de nulle / part, qui souffle, qui traverse / les murs, les arbres, les corps ». C’est à ces vibrations de l’invisible que s’est, du premier jour, vouée la poésie de Jacques Ancet. La poésie de ce sujet neutre qui signe — on le devine à maints indices — à regret, presque, des livres constituant, dans le temps, l’anonyme enregistrement d’une « rumeur muette ». Un sujet toujours au bord de lui-même comme du monde dont le mondoiement n’en finit plus de le fasciner. Jusque dans sa quotidienneté la plus rudimentaire. Écrire scande l’interminable attente d’une plénitude à venir. Dans la nostalgie de l’impossible. Comme signés par personne — rien qu’un masque d’os et de peau… — ces poèmes sont les stigmates d’un témoin brûlé par l’imminence d’une fulgurante apparition. Plus voyeur que voyant, ce poète tient à ciel ouvert un « journal de l’air » où il guette, traque, épie la moindre épiphanie. Chaque brin d’herbe a quelque chose à dire. Tel est le cogito poétique d’un sujet brûlant qui communique aux mots — à l’intervalle blanc qui les sépare autant qu’il les relie — le feu de son expérience la plus vive. Expérience de ce qui fait que vivre devient consubstantiel à dire. Depuis toujours déjà. « L’imperceptible brûle ». Voici, en dernière analyse, la vérité qui consume cette poésie. Ces poèmes qu’on va lire. Dans leur contagieuse ardeur. Ces poèmes qui sont la cendre encore chaude d’une incandescence minuscule et fabuleuse. Quand dire, c’est vivre — entre corps et pensée.

Extrait de la préface d’Yves CHARNET


Date de parution : 2000
ISBN : 9782896450527
150 g

Jacques Ancet